Avant-propos

3042010

Bienvenue dans la sphère de l’information locale, nationale et européenne !

Avant de commencer la présentation de ce site d’information indépendant, je vais vous énoncer quelques précisions.

Tout d’abord, l’information sous toutes ses formes n’est pas seulement détenue par nos responsables politiques, médiatiques, etc. Nous aussi nous pouvons nous informer (en utilisant les bons outils) afin d’obtenir une réelle information non censurée. Et ce qui est intéressant pour moi, c’est que j’apprends avec vous !
Donc, ce nouveau site consiste à publier des articles, des études sur des sujets de société et/ou d’actualité locale et/ou nationale voir même européen.

ETRE LIBRE DE S’EXPRIMER ET DE S’ECOUTER !!

En France, aujourd’hui, les citoyens s’informent mal (peut-être par le manque de temps, d’habitude ou de désintéressement) et ne reçoivent pas les bonnes informations télévisées. Sans automatiquement parler politique, c’est peut-être l’une des multiples raisons du taux d’abstention que l’on a connu lors des dernières élections régionales 2010 et européennes 2009. C’est dommage de ne pas utiliser notre droit de vote en France. Le vote blanc devrait être reconnu. La rue (sous-entendu, les grèves) n’a plus la même répercussion sur les politiques qu’avant, donc il faut se mobiliser dans les urnes quand la République le demande ou bien par les nouveaux réseaux sociaux en ligne.

Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu. (Jules Renard)

Avant-propos  Nouvelle année, nouvelles informations en ligne !!!

Deux nouveaux onglets sont apparus sur la droite de cette page : « Actus Eco » et « Actus Collectivités Territoriales« .
Très prochainement, plusieurs onglets « Actus » seront également présents et régulièrement mis à jour.

Statistiques du site depuis sa création fin avril 2010 à décembre 2010

grâce à vos visites régulières  

4180006783

Merci à vous pour vos visites !!

Ce blog pourra vivre seulement par vous-mêmes grâce à vos visites pour vous informez afin de mieux en parler !

—————————————————-

Voici ci-dessous quelques projets pour animer votre village :

pdf projet fête des fleurs et des jardiniers.pdf

pdf projet environnemental fête de la forêt.pdf

pdf Proposition animation Pâques 2011 à l’UCA

Si vous souhaitez connaitre d’autres projets, rendez-vous sur le blog suivant : http://projelibserv.hautetfort.com/ 




Association la Jeune Chambre Economique : présentation

28022013

Bonjour,

Je viens vous faire une petite présentation d’une association locale à dimension internationale où je suis membre depuis 3 ans dans le Mâconnais-Val de Saône, la Jeune Chambre Economique du Mâconnais-Val de Saône. 

La Jeune Chambre Economique du Mâconnais-Val de Saône et affiliée à la Jeune Chambre Economique Française (JCEF), association 1901, reconnue d’utilité publique depuis 1976 qui regroupe des jeunes entreprenants de 18 à 40 ans dans le but d’apprendre,  se former, monter des projets, découvrir un réseau et devenir un leadership. Cette dernière est apolitique et avec toutes les orientations professionnelles confondues.
Notre association à pour mission de donner des opportunités de développement aux jeunes qui leur permettront de créer des changements positifs dans notre société.
Nous menons des actions (une moyenne de 600 actions à l’échelle nationale) dans 5 axes différents :

- Agir pour l’emploi
- Préserver la planète
- Etre solidaire
- Développer l’économie
- Aménager son territoire

Association la Jeune Chambre Economique : présentation club-de-lexcellence-2012La JCE du Mâconnais-Val de Saône a été primée première du Club de l’excellence 2012 grâce à une bonne gestion de l’association parmi les 160 associations identiques sur le territoire français.

C’est une association à venir découvrir dans votre ville ou ville voisine, car c’est vraiment une école de formation personnelle et où l’on travail en groupe par des commissions. La vision est d’être le principal réseau de jeunes citoyens actifs.

J’étais seulement membre de l’association il y a deux ans et cette année, je suis dans le bureau local avec la casquette de trésorier 2013. Tous les ans et à chaque échelle interne, tous les bureaux et tous les postes sont renouvelés.  Le cumul de responsabilité de longue durée au même poste n’est pas possible dans les statuts de la JCEF.

Toutes personnes qui croient en l’avenir et que l’on peut encore faire avancer les comportements et des sujets de société, n’hésitez pas à franchir le pas à la Jeune Chambre Economique Française.
www.jcef.fr




« Rendre leur fierté aux fonctionnaires »

15092011

« Rendre leur fierté aux fonctionnaires » : l’expression utilisée récemment par la Fondation Jean-Jaurès est forte. Pour que les fonctionnaires retrouvent leur fierté, la Fondation iFRAP propose des changements indispensables dans la gestion de la fonction publique (et des entreprises publiques).

Aligner les conditions de travail sur celles des salariés du secteur privé, c’est-à-dire du plus grand nombre :

Tant que ces particularismes ne seront pas supprimés, les fonctionnaires seront soupçonnés de bénéficier de privilèges injustifiés conduisant à un coût excessif et à un manque d’efficacité. Impossible de retrouver leur fierté dans ces conditions. 

Source : http://www.ifrap.org/Rendre-leur-fierte-aux-fonctionnaires%2c12268.html




Carburant : Comment alléger la facture

13052011

Le super au seuil des deux euros

Les prix des carburants explosent et trouver les stations qui pratiquent les tarifs les plus avantageux devient une nécessité pour beaucoup. Différents outils existent pour leur faciliter cette recherche. L’argus les a testés.

C‘est indéniable. Le prix des carburants n’infléchira pas sa courbe de croissance. Le super sans plomb vient de passer la barre de 1,50 € en moyenne et le P-DG de Total, Christophe de Margerie, annonçait récemment que le seuil des 2€ serait franchi… sans pour autant en préciser l’échéance. Néanmoins, fin avril, le SP95 est grimpé à 1,96€ le litre à Paris, et au 15 avril le sans plomb 95 et le gazole coûtaient respectivement 11,2% et 18,3% de plus qu’il y a un an.

Carburant : Comment alléger la facture

Message erroné
Malgré des prix records à la pompe, l’Union française des industries pétrolières (Ufip) constate que la consommation française de carburants montre «une relative stabilité». Nous avons interrogé cet organisme sur l’hypothèse d’un encadrement temporaire des prix, comme cela avait été le cas en 1990, pour limiter la facture carburant des ménages. La réponse est claire : «Encadrer les prix des carburants est un dispositif lourd qui ne peut être mis en place qu’en cas de situation exceptionnelle, comme la première guerre d’Irak (en mars 2003), ce qui n’est pas le cas aujourd’hui malgré les différentes tensions internationales ». Selon cet organisme, ce type de mesure «ne peut qu’envoyer un message erroné aux consommateurs sur le prix réel des carburants. Après les avoir payés un prix moindre, il leur serait plus difficile de revenir à la réalité du marché, une fois ces mesures levées». Afin de continuer à utiliser sa voiture tout en ne faisant pas exploser sa facture carburant, l’automobiliste doit, en premier lieu, revoir son comportement.

Exemples de sites internet des comparateurs de prix des carburants : http://www.carbu.fr ; http://www.zagaz.com

Source : L’argus (11/05/2011)




Prime aux salariés, Prime contre dividendes

5052011

Le Chef de l’Etat a présenté dans les Ardennes, mercredi 19 avril 2011, d’imposer aux entreprises de plus de 50 salariés le versement, chaque année, d’une prime « obligatoire » (négociée avec les partenaires sociaux) à leurs employés si elles augmentent leurs dividendes. Cette prime sera soumise jusqu’à un montant d’au moins 1000€ au même taux de cotisation sociale que les primes de participation, c’est-à-dire 8%.
Ce dispositif envisagé par le gouvernement Fillon ressemble de plus en plus à un gadget électoral pour faire revenir le Président du pouvoir d’achat, à un an des élections présidentielles de 2012.
Il n’aurait ainsi aucun impact sur Total (dividende à 2,28 euros par action en 2010), qui est pourtant la plus grosse entreprise du CAC 40. En 2010, le groupe a réalisé un bénéfice net de 10,288 milliards d’euros, et il prévoit d’en reverser la moitié aux actionnaires.

Le gouvernement a donc cogité. Et au fil des annonces, le dispositif envisagé s’est révélé de moins en moins ambitieux :

  • mercredi, François Baroin en a dévoilé les grandes lignes sur Europe 1, en restant assez flou : le ministre du Budget a évoqué une prime de 1 000 euros pour les salariés des entreprises distribuant des dividendes ;
  • dimanche, Xavier Bertrand annonce sur RTL qu’une loi pourrait être présentée avant l’été, mais réduit sensiblement l’impact de la mesure : elle s’appliquerait aux « entreprises dans lesquelles il y a des dividendes qui progressent », pas dans celles où les dividendes stagnent ;
  • ce lundi, Christine Lagarde apporte de nouvelles nuances sur LCI. Le dispositif serait en fait « un mécanisme d’exonération de charges sociales » pour les entreprises concernées et, surtout, le montant de la prime ne serait pas fixé par la loi mais négocié au cas par cas avec les syndicats.

Ce constat, Nicolas Sarkozy le connaît pourtant depuis mai 2009 et le rapport sur « Partage de la valeur ajoutée, partage des profits et écarts de rémunérations en France » qu’il avait commandé à Jean-Michel Cotis, directeur général de l’Insee. A l’époque déjà, il s’agissait de rééquilibrer la répartition des richesses crées par les entreprises.

Les calculs réalisés par le patron de l’Insee reposaient sur des chiffres de 2006, mais ils offrent encore un ordre de grandeur éclairant. Les entreprises qui distribuent des dividendes ne sont pas si nombreuses que ça :

  • 16% des PME (moins de 250 salariés) ;
  • 30% des entreprises de taille intermédiaire (entre 250 et 5 000 salariés) ;
  • 41% des grandes entreprises.

L’instauration d’une « prime contre dividendes » serait donc surtout symbolique, puisqu’elle ne concernerait qu’une petite partie des entreprises et des salariés, c’est-à-dire, 8 millions de salariés et 30 000 entreprises.

Les entreprises de moins de 50 salariés ne seront, pour leur part, qu »incitées » à verser une prime identique à leurs salariés. Elle sera exonérée des charges fiscaux.

Pour un véritable rééquilibrage, il faudrait agir non pas sur l’évolution du dividende, mais sur celles des bénéfices eux-mêmes. Justement, Nicolas Sarkozy avait lui-même envisagé en 2009 une règle des « trois tiers » dans le partage des profits : un tiers pour les réserves et les investissements de l’entreprise, un tiers pour les actionnaires, un tiers pour les salariés. Comparée à la « prime contre dividendes », cette idée paraît presque gauchiste.

Le Parlement va examiner « avant l’été » un projet de loi sur la « prime » aux salariés dans les entreprises, après ouverture de discussions avec les partenaires sociaux.

Prime aux salariés, Prime contre dividendes  pdf Rapport Insee 2009 Partage de la valeur ajoutée, partage des profits et écarts de rémunérations en France

doc Les contours de la prime salariale sont connus – La Tribune (09/05/2011)




Les acteurs : politiciens et citoyens

30042011

Tout le monde peut jouer un rôle dans la vie politique.

Les principales distinctions peuvent être opérées entre les professionnels et les amateurs, entre les citoyens et les non-citoyens, ou encore entre les participants et les non participants (dont la passivité peut être lourde de conséquences dans certaines conjonctures). Mais pour l’essentiel, la vie politique s’organise largement autour d’un échange entre politiciens (candidats, élus, dirigeants) et électeurs : on échange du pouvoir contre du discours, mais en dernière analyse, on recherche de la légitilité, chacun trouvant dans le discours ou dans le vote de l’autre de quoi justifier ce qu’il est.

La diversité des intervenants politiques

Ne pas aller voter, c’est encore voter, contre le vote, contre les règles ou contre une certaine offre électorale. Ne pas aller manifester, c’est encore manifester sa non-mobilisation. Ne pas regarder une émission politique à la télévision, c’est contribuer à faire baisser la mesure de son audience et donc peut être menacer sa programmation.

Cela me fait rebondir sur des récents mouvements dans les programmes de Fr2. Deux émissions de deuxième partie de soirée ne sont plus reconduites : « Face aux Français » de Guillaume Durand et « Semaine Critique » de Franz-Olivier Giesberg dit « FOG ». Ce dernier présentateur et également auteur d’un récent livre sur Nicolas Sarkosy (M. Le Président, Flammarion) apparaissait aussi dans la liste noir de l’Elysée. Il est aussi bon de rappeler que la présentatrice de l’émission « A vous de juger » sur Fr2 également dont le dernier invité de l’émission était Jean-Louis Borloo a était arrêtée, à l’arrivée du nouveau président de France Télévision, Rémy Pflimlin.

Éric Zemmour, Patrick Sébastien et Laurent Ruquier sont dans le collimateur de Nicolas Sarkozy, d’après le Point. Il en va de même sur les stations radios et parmi elles, Radio France. Cette dernière a licencié l’humoriste Stephane Guillon pour le faire taire. Par contre, Radio France est condamné par la justice à verser 212 011,55 € à l’humoriste pour licenciement sans cause réelle, par Jean-Luc HEES, patron de Radio France. Après Stéphane Guillon, c’est au tour de Didier Porte de vivre un licenciement de France Inter et de sa matinale dans « Le Fou du Roi » avec Stéphan Bern.

Si l’on sen tient à la participation effective à la politique, la tendance est à la diversification des acteurs : une présence croissante des femmes, des immigrés, des homosexuels, des handicapés et de diverses minorités. Cette diversité croissante des intervenants va de pair avec une diversification des modes d’action : durant ces dernières décennies, on a « marché contre le SIDA », organisé des « bains de mer anti-Le Pen » ou encore occupé l’Odéon. Mais on note aussi, en matière institutionnelle, une multiplication des niveaux de gestion, une complexification des processus décisionnels, une diversification des statuts des intervenants – publics et privés – et une intervention croissante des juges. On parle de plus en plus de « gouvernance ».




Manger bio et local à la cantine

23042011

Du bio, du bon et du local. Un peu partout, les collectivités s’organisent pour servir des aliments bios dans leurs cantines. Ainsi, le budget alloué par la restauration collective aux denrées bios a plus que doublé entre 2008 et 2009, passant de 44 à 92 millions d’euros, avec un surcoût des produits de 21% en moyenne contre 23% en 2008, d’après l’Observatoire 2010 des produits biologiques en restauration collective (www.agencebio.org).

Ce faisant, les collectivités agissent dans le cadre de la loi de modernisation de l’agriculture du 27 juillet 2010 ainsi que du Grenelle qui demandent respectivement 20% de produits agricoles locaux et 20% de produits bios dans la restauration scolaire, d’ici 2012. Des objectifs qui correspondent aux ambitions de certaines villes. L’objectif est notamment de favoriser sur notre territoire les reconversions d’exploitations en agriculture biologique et de valoriser nos produits locaux. Cela offre un double bénéfice : dynamiser l’économie locale et les filières locales tout en protégeant l’environnement et notamment notre ressource en eau.

Cependant, pour obtenir à terme des résultats sans plomber le budget, la démarche demande beaucoup de concertation et certainement de patience. Car il n’existe aucune recette, chaque collectivité composant en fonction de ses productions locales. Mais pour réussir, il faut avant tout une forte volonté politique et des élus convaincus.

Cette envie de faire manger aux enfants des produits locaux (par des produits de saison) dans les cantines scolaires, est pour ces derniers également une découverte du produit local et donne une autre image sur la qualité des menus proposés et travailler sur la réduction des gaspillages. Ces initiatives peuvent découler sur une baisse des repas pour les familles si la démarche d’explication et de développement durable est effectuée correctement. Cela peut également développer encore plus la vente directe par les producteurs.

Au final, avec de la persévérance et beaucoup de concertation, les résultats sont là. Peu à peu les filières se structurent et les surcoûts se réduisent.

Informations supplémentaires : www.agriculturebio.org ; www.repasbio.org 

J’accompagne cet article d’un document « Programme National pour l’Alimentation » paru en février 2011.

Manger bio et local à la cantine  pdf Programme National pour l’Alimentation (PNA) 2011

Pour se divertir sur Internet, j’ai trouvé un petit jeu gratuit, Clim City (http://climcity.cap-sciences.net/#h)

logo

« Clim’City, une ville de 115 000 âmes où rien ne manque. De la station de ski, à la décharge en passant par les industries polluantes… La mission est de taille : « Réduire de 75 % l’émission de gaz à effet de serre. Diminuer de 40 % la consommation d’énergie de la population. Augmenter les énergies renouvelables de 60 %. » Et ce, en 50 ans.

Ce plan ambitieux est le casse-tête que propose Clim’City, un jeu Flash en ligne écologiste développé par Cap Sciences (au printemps 2008), le centre de culture scientifique de la région Aquitaine, en collaboration avec certains partenaires (l’Ademe, GDF Suez…). C’est aussi l’équation que devront résoudre – en vrai – de nombreux pays industrialisés, dont la France, d’ici à la moitié du XXIe siècle.

“ Selon le cahier des charges, nous devions créer un outil de sensibilisation écologique ludique de manière à toucher les 12-18 ans ”, explique Eric Gorman de Cap Sciences, concepteur et scénariste du jeu. Dans cet anti Sim City, le joueur ne cherche plus à développer sa ville à n’importe quel prix, mais à limiter l’impact environnemental de cette cité virtuelle de 115 000 âmes.




Retour de la réunion économie locale de Tramayes

6032011

C’était une réunion d’échange cordiale, le 21 janvier, entre les intervenants (le maire, la CCI, Chambre d’Agriculture et la commission municipale) et le public (commerçants, artisans  et agriculteurs) . Quelques questions ont fait réagir certaines personnes du public…. Je pense qu’il ne faut pas avoir peur d’évoquer l’outil internet pour informer, présenter son commerce ou bien son entreprise et peut également servir en complément (horaires, types de produits, demande de renseignement à disposition pour les clients et passer des commandes en lignes pour  en tr autre les personnes à mobilité réduite ou handicapée). J’ai mentionné l’idée et le but du site Tramayescope (http://tramayescope.over-blog.com) que j’ai créé l’année dernière (en janvier 2010) qui était de faire connaître et valoriser les commerces, les entreprises et les différentes manifestations du canton de Tramayes. Toutes les Mairies, tous les Présidents d’associations du canton y compris le conseiller général et le Président de la Com-Com ont pris part de cette création par courrier, sans l’avoir utiliser gratuitement (alors qu’il était à leurs dispositions) à part quelques demandes durant l’année 2010. Mais c’est un des services d’informations qui peut-être proposé et suivi par l’Office de Tourisme, Les Vallons de Lamartine, par le besoin réel d’un site internet. Si l’on met en place des solutions individuelles, cela ne va rien changer aux baisses de la vie commerciale du village. Il nous faut construire des solutions collectives pour le bien de tout le monde.

J’ai également évoqué l’idée de sonder les clients des commerçants (comme je le propose dans mon document de travail ; cf. article précédent) afin de connaître leurs attentes ou leurs observations afin d’améliorer les possibles manquements pour fidéliser ses clients. Je suis même aller plus loin en consultant l’avis des associations et des agriculteurs.

Je pense que c’est aux membres de l’UCA de prendre à « bras le corps » ce dernier point et de lancer des pistes de travail à ou avec la commission municipale.

La solution de faire construire, de faire sortir de terre des nouveaux lotissements me semble interrogatif pour faire rebondir la vie économique des commerces du village. Si les futurs habitants travaillent sur Mâcon, Cluny ou bien dans le Rhône, ils feront leurs achats sur le chemin du retour comme beaucoup aujourd’hui. C’est bien le problème quand il n’y a pas d’emploi sur place dans une commune rurale. Ce qu’il serait bien pour créer des emplois sur la commune, faire venir une entreprise en lien avec le bois (par rapport à la chaufferie) ou autre …………… A méditer !!

Mais il faut également que les habitants du village comprennent que s’ils se manifesté plus régulièrement pour faire leurs achats dans nos commerces locaux, le contexte économique serait moins tendu pour les commerçants et pourraient ainsi consolidés la présence de leurs employé(e)s.

Tout ce que j’espère, c’est qu’on ne se s’arrête pas à une réunion d’échange et que l’on étudie des solutions, des animations pour fidéliser chaque client de nos commerces de proximité afin de les pérennisés.

Je mets également en ligne (avec accord), ci-dessous, la position du conseiller municipal, Denis Touchard.

Retour de la réunion économie locale de Tramayes  pdf Economie commerciale, artisanale et agricole à Tramayes (D. Touchard)




Document de travail au maintien du commerce local

21022011

Dans la continuité des deux précédents articles sur ce blog, j’ai écrit une proposition d’un document de travail et des exemples d’actions dans le but de travailler collectivement pour sauvegarder nos commerces de proximité ainsi que nos artisans et nos agriculteurs locaux.

Dans le cadre d’une réunion organisée par la commission économique de la municipalité, lundi 21 février, à 20h30, j’ai partagé mon travail à certaines personnes qui seront éventuellement présentes à cette réunion d’échange constructif du moins je l’espère.

Voici l’ordre du jour de la réunion :

-Présentation du projet d’aménagement de la zone des Ecorces,

-Contexte économique local,

-Pistes de collaboration entre acteurs pour redynamiser le commerce local,

-Démarche sur circuits courts,

-Questions diverses.

Les commerçants, artisans, agriculteurs locaux sont invités à cette réunion ainsi que l’office de tourisme, la CCI, la CMMA, la Chambre d’Agriculture et l’association ACTE.

Voici le document de travail ci-dessous ainsi que le carnet sur les aménagements raisonnables pour les personnes handicapées dans les commerces :

Document de travail au maintien du commerce local pdf Maintien des commerces de proximité et des agriculteurs de Tramayes

pdf Aménagements pour les personnes handicapées dans les commerces

pdf Rapport Création des maisons de l’alimentation

 




Le retour de la proximité avec relocalisation

10022011

Quoi de plus local que les relations entretenues par les gens des campagnes avec leur coin, leurs commerçants, leurs paysans et le vivre ensemble ?  

Le choix des petits paysans comme modèle peut surprendre, dès lors que l’on souhaite nourrir 6,5 milliards d’humains. Paradoxalement, les outils agricoles – exploitations  démesurées, spécialisation des terres, grandes coopératives internationales – sous pression des multinationales, obéissant au doigt et au tracteur à leurs orientations, à leur normalisation, sont à la fois trop fragiles dans leur système d’organisation hyperrationnalisé et axé sur un objectif unique, qui est le profit aveuglant.

Une grande illusion capitaliste est entretenue sur le fait que l’agriculture industrielle puisse nourrir la planète, même avec le recours supposé décisif des OGM. Dans la réalité, le constat est contraire. Les sols disparaissent et s’appauvrissent. Le changement climatique va en diminuer la surface de façon drastique pour une population qui vise allègrement ses 9 milliards d’individus en 2050. Les mêmes changements vont faire fondre les glaces et relever le niveau de la mer. A cela s’ajouteront les calamités du réchauffement, les remontées d’insectes, la perte de la biodiversité et de ses solutions  de rechange.

Demain, seuls des paysans locaux nourriront les chalands du coin, parce qu’ils économiseront des coûts insensés et parce que le consommateur plébiscitera les légumes qu’il voit pousser. Cette affirmation gêne (les industriels et le système agro-alimentaire en générale) parce qu’elle défend une économie de subsitance locale, donc non insérée dans une dynamique des échanges, du mouvement et qu’elle se passe de nombreux intermédiaires. Les experts de la FAO le confirment, ce sont les petits paysans et leurs cultures vivrières qui nourriront demain le monde, comme hier. Et non pas les 200 semences hypersélectionnées du système industriel. Assertion d’autant plus difficile que les petits paysans sont affaiblis de par le monde parce qu’ils perdent le contrôle de leurs ressources ou que celles-ci sont réduites ou détruites par l’occidentalisation du rapport à la terre (plus de routes, de lotissements, de zones artisanales, de terrains de loisirs, ……).

Bref, le consommateur cherche à faire des économies. Diminution des coûts de collecte pour l’agriculture et du prix en ramassant soi-même, la cueillette, pratique ancienne, réapparaît. Il faut donc déconstruire pour reconstruire.

Favoriser l’achat direct, donc la saisonnalité, la fraîcheur, la traçabilité, la diversité locale (les légumes anciens ou rares, les souches endogènes réapparaissent sur les tables) suppose  la mise en place d’un système de vente directe. Le consommateur connaît le producteur physiquement.

Je mets en ligne ci-dessous, un écrit qui évoque le retour de la proximité avec relocalisation en amont de l’écriture d’une proposition d’un projet pour notre village. Bonne lecture !!

Le retour de la proximité avec relocalisation pdf Le retour de la proximité avec relocalisation




Gestion de l’Eau : Service public ?

29012011

Trois grands groupes se partagent l’essentiel de la gestion déléguée de l’eau en France : Véolia, Suez-Ondeo et Bouygues-Saur. Ces trois groupes offrent aux élus locaux la totalité des prestations nécessaires pour les services existants (de l’ingénierie financière et des études à la réalisation et à la gestion des équipements) et ils peuvent aussi satisfaire, à la demande de nouveaux besoins (maison de retraite médicalisée, télévision par câble, téléphonie mobile, etc.). Ces groupes sont de véritables multinationales qui étendent leurs activités dans chaque secteur libéralisé (télécommunications, énergie, transports), au secteur de la communication (télévision, presse, etc.), et interviennent partout à travers le monde et en Europe. Ils ont ainsi le monopole du marché de l’eau notamment en France, nous concernant.

Mais, on constate que la gestion est marqué par de profonds déséquilibres comme le montre les points suivants :

- Tous les rapports le disent, les prix pratiqués par les opérateurs privés sont plus élevés que ceux pratiqués par les régies publiques,

- L’inégalité est très forte entre, d’un côté, trois groupes très puissants et, de l’autre, 36 000 communes à la capacité de négociation et de contrôle souvent réduite. Plus que dans tout autre secteur, il est légitime de parler ici de « capture » du régulateur par l’opérateur,

- La concurrence entre les opérateurs est souvent une pseudo-concurrence oligopolistique puisque environ 90% des contrats sont renouvelés au même concessionnaire, et les opérateurs constituent des monopoles locaux quasi inexpugnables,

- Les grands groupes peuvent jouer de la diversité de leur champs d’intervention (local, national et international) pour échapper à la transparence et utiliser les bénéfices dégagés par l’eau pour financer d’autres activités,

- Les usagers-clients sont le type même de la clientèle captive : ils n’ont pas le choix du prestataire de service, ils n’ont qu’une capacité très restreinte pour négocier le prix du service  et ils se voient souvent imposer des clauses abusives.

J’ai également étudier le marché de l’eau en France et fait une comparaison entre la délégation de service public et la régie publique dans le dossier ci-dessous téléchargeable. J’ai également mis en ligne la présentation de l’ASMEAU 71 (piloté par le Département de Saône-et-Loire) afin de mutualiser des moyens en eau ainsi que le voeu régional de la Bourgogne pour remunicipaliser la gestion de l’eau.

Gestion de l'Eau : Service public ?  pdf Remunicipaliser la gestion de l’eau

pdf Association ASMEAU 71

pdf Voeu commun PS EE PC Bourgogne pour une gestion publique de l’eau







gojob59 |
News101 |
les sportifs de creissan |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | junkroom
| HACCOM-Media
| cospmuc actualités